Les Moulins de Roupeyrac

Son moulin à farine

Son étang féodal

sa scie battante

La magie du temps.

Une visite au fil de l’eau….

  Horaires d’ouverture actuel:

en Septembre : ouvert du Dimanche au Jeudi de 14h30 à 18h30

Le Patrimoine pour tous, aux Moulins de Roupeyrac !

Le site des Moulins de Roupeyrac est un lieu de culture, d’histoire, de poésies ; c’est un coin de nature reposant, verdoyant où les bruits des oiseaux, des insectes, de l’eau, du vent s’entremêlent et vous bercent ; c’est un espace naturel préservé avec une biodiversité animale et végétale riche.

Et si Dimanche 19 septembre, vous veniez découvrir le site avec ses multiples facettes : oui, il y en a pour tous les goûts :

                Pour les curieux historiques : une visite guidée à la découverte des moulins hydrauliques et du poète aveyronnais, François Fabié. Tarif réduit : 4€/ personne.

                Pour les aventuriers : un sac à dos « Nature Game » : partez à l’aventure en famille, entre amis….avec un sac à dos aux poches cadenassées à la découverte du lieu, de la commune et des personnages ayant marqué le territoire. Attention, seulement 10 sacs à dos disponibles : 5 le matin et 5 l’après midi. Tarif 20€/ sac aventure au lieu de 25€, préconisé pour 5 à 8 personnes maximum/ sac à dos.

                Pour les gourmands, ce sera un verre de jus de pommes et un morceau de Fouace (Gratuit pour les personnes ayant fait la visite guidée)… Et vous pourrez repartir avec les produits locaux proposés dans notre boutique.

                Quelque soit votre style, vos envies : une visite, une balade, une aventure, un pique nique…. le site des Moulins de Roupeyrac sera heureux de vous y accueillir et de vous dévoiler ses « Trésors ».

Bienvenue à TOUS !!

Infos et réservations au 05 65 78 18 85 ou www.moulins-roupeyrac.fr

Extrait du poème 

Chanteclair”

de François Fabié

Le coq gaulois

 

 

 

C’était bien le vrai coq gaulois,

A l’œil rouge, la crête altière,

Avec des ergots de trois doigts,

Dont il labourait la poussière,

Et les chairs aussi quelquefois.

 

 

 

 

 

 

Il avait une voix sonore

Aussi puissante qu’un clairon,

Qui remplissait, avant l’aurore, 

La ferme, où tout dormait encore,

Depuis le chien jusqu’au patron.

 

 

 

 

 

Alors il se levait, superbe,

Lustrait son panache vermeil,

Son cou doré comme une gerbe,

Puis menait ses poules dans l’herbe

Avant le lever du soleil

[…]